Lee Maracle

À la vie, à l’humanité que j’attribue     
à mon peuple… à mon histoire… j’adressema vision. [1]

Lee Maracle

C’est avec une profonde tristesse que nous rendons hommage à la vie de Lee Maracle et que nous déplorons son décès. Elle est née Marguerite Aline Carter et s’est ensuite appelée Bobbi Lee Maracle OC . Lee était une guerrière courageuse dans sa lutte pour la justice pour les peuples autochtones de Turtle Island. Ses paroles audacieuses et ses appels à la responsabilité dans les récits, la poésie et la parole ont mis en lumière l’histoire inacceptable des pensionnats, la pauvreté extrême, le manque de logements sûrs, l’absence d’eau potable et la violente misogynie dont sont victimes les femmes autochtones disparues et assassinées (MMIW).

Dans ses écrits, Lee a essayé de saisir les traditions orales des peuples Sto:lo, Squamish et Métis dont elle est descendante, tout en décrivant comment une histoire de brutalité a façonné sa vie émotionnelle et ses perspectives.  Elle a écrit dans I Am Woman que, bien que sa mère n’ait pas toujours été en mesure de subvenir à ses besoins, elle a été élevée avec « fierté nationale, conscience sociale, équité et une volonté tenace ».  Elle était une féministe, militante et dérangeante.

À la question « En quoi consiste la réconciliation?» « , Lee a répondu par ……« Eh bien, arrêter de nous tuer serait un bon point de départ. » Un défi, profond et clair….. la décolonisation en dépend. D’abord la vérité, puis la réconciliation.  Nous nous souviendrons.

Installation by Indigenous, First Nations and Metis women from
across the world.  Ashbridges Bay, Toronto, November 2021

Lynne Raskin                     Michelle Hurtubise
Directrice générale       Présidente du conseil
[1] Lee Maracle, “War” de Bent Box. Tous droits réservés © 2000 par Lee Maracle. Reproduit avec l’autorisation de l’auteure.
[2] Adopted names of her 2 spouses; Raymond Bobb; Dennis Maracle

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.